• Pertes et Désespoirs (5/6)

    Chapitre 12 : Pertes et Désespoirs (5/6)

    oops

     

    Nora courrait dans un long couloir sans fin, elle tenait son bébé dans ses bras. Une porte se tenait au fond, mais elle avait beau courir, il lui semblait que jamais elle ne pourrait atteindre la porte. Des pas la poursuivait toujours plus vite, de plus en plus vite vers elle. La petite sorcière paniquait et le corridor ne voulait pas se finir. La personne qu'elle fuyait était toujours derrière elle. La porte s'ouvrit et une ombre en sortit, elle se sentait sauvée en sécurité, protégée auprès de lui. La jeune fille reprit sa course vers l'homme et fut bientôt prés de lui, mais l'ombre n'avait rien d'humain, son visage n'avait pas de nez, ses yeux avaient des pupilles comme ceux d'un serpent, de couleur rouge. Nora se mit à paniquer et à crier, et recula en serrant d'avantage son bébé dans ses bras, pour le protéger.

    - Non, Nora ! cria une voix dans son dos, c'était la personne qu'elle fuyait. Elle se retourna et vit un homme grand et vieux, avec une longue barbe blanche, les yeux de couleur bleue.

    - Non, vous ne prendrez pas, mon bébé ! s'écria-t-elle ne sachant pas à qui elle adressait ce message, à l'homme aux yeux rouges, ou à celui aux yeux bleus.

    Elle avait peur, elle se mit à reculer, et soudain sentit son dos touchait un corps, qui l'encercla de ses bras et Nora ouvrit les yeux, se réveilla en sursaut.

    La petite sorcière resta figée, assise sur son lit, prise d'un profond malaise, sa respiration rapide, comme si elle avait vraiment courut pendant des heures dans ce couloir. Elle fit descendre ses mains sur son ventre rond, elle allait bientôt terminer son troisième mois de grossesse. Elle fut rassurée de voir que son bébé était toujours là.

    Dans la journée, elle croisa de nouveau le professeur Trelawney dans les couloirs du château, elle fut rassurée de la savoir toujours entre les murs de l'école. Mais elle devait sans tarder avertir le professeur Dumbledore du risque pour l'enseignante de Divination.

    - Suiçades ! prononça-t-elle à la gargouille qui gardait le bureau du directeur, cette dernière se décala pour la laisser passer.

    La jeune fille monta les escaliers pour lui parler de Yakley et de Trelawney. Elle frappa à la porte et y entra après y avoir été invité.

    - Nora, Bonjour !

    - Bonjour, professeur ! Je…. J'ai oublié de vous parler de quelque chose ! fit-elle timidement sans le regarder.

    - Je t'écoute !

    - Voilà, Voldemort a donné l'ordre à Yakley, comme mission de faire sortir le professeur Trelawney de Poudlard ! expliqua-t-elle

    - Je vois, je ne pense pas qu'il puisse réussir ! Elle n'est pas sortit depuis douze ans !

    - Mais je lui ai dit comment faire ! s'écria-t-elle en levant les yeux vers le professeur Dumbledore.

    Quand elle croisa son regard bleu, elle fut prise de panique et posa malgré elle, la main sur son ventre en détournant les yeux. Pourtant elle savait que le vieux directeur ne lui ferait pas de mal, ni à elle, ni à son bébé. Mais elle avait toujours ce rêve en tête.

    - Ah oui ! Et comment va-t-il s'y prendre ? demanda Dumbledore dans un sourire bienveillant.

    - Il a dû déjà commencé ! Avec des lettres d'amour ! Les femmes sont toujours sensibles à ce genre de choses.

    - Effectivement ! dit-il d'un air songeur !

    Nora prit congé du professeur Dumbledore, en espérant que tout irait bien. Elle faisait confiance au vieux directeur pour arranger les choses.

    Quelques jours plus tard, elle décida de rendre une petite visite à Hagrid pour avoir de ses nouvelles, mais aussi d'Aragog. La petite sorcière n'avait rencontré l'énorme araignée que deux fois dans sa vie. La première, quand il lui avait présenté dans sa boite dans une salle de classe vide. Elle aurait dû insister pour que Hagrid laisse la créature partir, avant que Ton se serve de ça contre lui. Et la seconde fois, c'était dans la forêt interdite quand Hagrid et elle l'avaient cherché après sa fuite et la réintégration du demi-géant à Poudlard. Mais Nora savait qu'une amitié de cinquante ans qui unissait Hagrid et Aragog était très forte. Le garde-chasse aurait beaucoup de chagrin lors de la disparition de son ami. Quand elle arriva à la cabane, il n'y avait personne, la petite sorcière patienta, assise sur le perron de la porte, en chantonnant doucement. Un oiseau se mit à chanter avec elle, et Nora sourit surprise. Au bout d'une heure, Hagrid sortit de la forêt, il portait le corps d'Aragog dans ses bras. La jeune fille mit ses deux mains à sa bouche, et sentit son cœur se serrait, et ses yeux se remplir de larmes. Elle courut vers Hagrid, elle le vit poser le corps de la créature derrière la maison. Nora attrapa son bras et glissa sa petite main dans la grande main de son ami.

    - Oh, Hagrid ! fit-elle.

    Ce dernier éclata en sanglot, et tous deux restèrent un moment silencieux, comme ça à regarder le paysage ou le corps de la créature… Puis Hagrid se mit à creuser un gros trou pour enterrer son ami arachnide. Nora marchait d'un air rêveur dans le pas, mais elle avait toujours son ami dans son champ de vision. Elle savait qu'il avait besoin d'être un peu seul. Ses pas la conduisirent vers les serres du professeur Chourave, et elle y surprit le professeur Slughorn, en train de farfouillait dans les plantes.

    - Que faites-vous ? demanda-t-elle d'un air curieux.

    - Je…. Oh ! Nora ! Tu m'as fait peur !

    - Désolée ! s'excusa-t-elle, mais je suis contente que vous alliez mieux, enfin suffisamment pour piquer quelques plantes… dit-elle dans un sourire.

    Une idée germa dans l'esprit de Nora, elle savait ce qu'elle pouvait faire pour récupérer le souvenir qu'Harry convoitait tant. Elle se tourna vers le professeur Slughorn, qui s'éloignait déjà vers le château.

    - Professeur ! Hagrid vient de perdre un de ses amis. Une araignée géante qui vivait dans la forêt interdite depuis des années. Il va l'enterrer ce soir. Est-c que vous voulez venir ? demanda-t-elle.

    Nora comptait sur la passion du professeur Slughorn pour les potions, et tous ce qui pouvaient servir d'ingrédients, notamment le venin d'Aragog. Et durant la soirée, et bien…

    - Oui…. Bien sûr ! Je vais aller chercher une bouteille pour boire à la … je ne dirais pas la santé….. de la pauvre bête, mais nous lui rendrons en tout cas un bel hommage, une fois qu'elle sera enterrée ! dit-il en reprenant son chemin vers le château.

    La petite sorcière sourit d'un air rêveur, elle espérait que son plan allait marcher. Elle prit la direction du château dans l'espoir de trouver Harry, Ron et Hermione pour lui faire part de son idée. Alors que la nuit tombait, elle les trouva enfin tous les hors devant la Grande Salle, ils venaient sans doute de terminer le repas.

    - Harry ! appela-t-elle le souffle court en arrivant devant lui. J'ai un plan pour le souvenir de Slughorn, mais je vais avoir besoin de ton aide, ou du votre, si vous voulez ! ajouta-t-elle à Hermione et Ron.

    - Ah oui ! fit Ron visiblement dubitatif et méfiant.

    - C'est quoi, ton idée. Demanda Harry !

    - Je… Vous savez qu'Aragog est mort ? interrogea-t-elle. Le professeur Slughorn sera plus disposé à t'écouter si… enfin nous…. Il faut y aller !

    - Tu veux qu'on sorte du château, avec ce qui se passe ! dit Hermione.

    - C'est un piège, c'est ça ! commenta Ron sur un ton acide.

    - Non ! rétorqua la jeune fille avec toute la conviction dont elle était capable. Jamais, elle ne mènerait quelqu'un à la mort, surement pas Harry. Vous allez venir, oui ou non ? s'impatienta la jeune fille.

    - Non ! répondirent Ron et Hermione

    - Oui ! fit Harry en même temps que ses deux amis.

    Nora regarda perplexe sur les trois amis. Le jeune Survivant sortit sa cape d'invisibilité, et s'y cacha dessous. La petite sorcière toucha le tissu doucement, il était doux et frais. Elle sourit impressionnée par une telle œuvre.

    « La dernière relique était la cape d'invisibilité » fit une voix dans les pensées de Nora. Une voix venant du passé, une voix qu'elle connaissait bien. Elle chassa ses pensées, et descendit au plus vite vers la cabane d'Hagrid. La petite sorcière vit que le demi-géant n'était plus, dans le jardin. Une source lumineuse filtrait à travers les fenêtres de sa maisonnette.

    - Nora ! fit Hagrid en ouvrant la porte

    - Je ne suis pas venue toute seule ! annonça-t-elle dans un sourire.

    - Harry ! fit la voix rauque mais surprise du demi-géant en voyant le jeune garçon sortit de dessous sa cape.

    - Ron et Hermione n'ont pas pu venir. Ils sont vraiment désolés !

    - Ce n'est pas grave… Il aurait été très touché que vous soyez là tous les deux.

    Hagrid secouait par un autre sanglot, Harry tapota son coude pour le réconforter. Nora sourit devant ce spectacle, et au fond d'elle, elle comprit qu'elle pouvait laisser le demi-géant, il n'avait plus besoin d'elle et de son amitié. C'était un coup rude, et elle était triste mais cela rendait plus facile son…

    - Où allons-nous l'enterrer ? demanda le jeune survivant surprenant la jeune fille dans ses pensées. Dans la forêt ?

    - Oh ! Grand Dieu ! Non ! répondit Hagrid en essuyant ses yeux ruisselant de larmes, avec un pan de sa chemise. Les autres araignées ne me laisseraient pas approcher de leurs toiles, maintenant qu'Aragog n'est plus là. Je me suis rendu compte que c'est seulement parce qu'il leur avait donné l'ordre de ne pas me dévoré ! C'est la première fois qu'il y a un endroit de la Foret interdite où je ne puisse plus aller, se désola Hagrid. Ca n'a pas été facile de ramener le corps d'Aragog, je peux vous le dire. D'habitude, ils mangent leurs morts – mais je voulais qu'il ait un bel enterrement. Une vraie cérémonie d'adieu, fit le demi-géant en éclatant à nouveau en sanglots.

    Nora ne pouvait que glisser sa main dans celle d'Hagrid. Elle aimait beaucoup son ami, et regrettait vraiment de le voir subir une telle perte. Elle soupira et leva les yeux vers Harry, tout aussi impuissant qu'elle pour aider leur ami commun.

    - J'ai croisé le professeur Slughorn, il aimerait bien venir aussi rendre un dernier hommage à Aragog. Il est partit chercher deux bouteilles pour que nous puissions boire à la mémoire d'Aragog.

    - Vraiment, s'exclama Hagrid qui paraissait à la fois surpris et ému…. C'est … c'est très gentil de sa part. Venir dire au revoir à Aragog…. Alors là… ça lui aurait plus, à Aragog… vous pouvez me croire…

    - Est-ce qu'on va l'enterrer ici, Hagrid, dans votre jardin ? demanda Harry qui s'était rapproché de la fenêtre pour voir la créature morte, couchée sur le dos, et les pattes recroquevillées et enchevêtrées.

    - Derrière le potager aux citrouilles, répondit Hagrid…. J'ai déjà creusé la tombe… Je pensais que nous pourrions simplement dire quelques mots…. Rappeler les bons souvenirs… dit-il dans une voix brisée par le chagrin.

    Un coup fut donné à la porte que le demi-géant ouvrit. Le professeur Slughorn se tenait sur le pas de la porte. Il portait un costume sombre et tenait deux bouteilles dans ses bras. Il entra dans la maisonnette de Hagrid et posa les boissons sur la table.

    - Hagrid ! dit-il d'un ton grave, solennel, je suis vraiment navrée que vous ayez perdu un être cher.

    - C'est très gentil à vous ! répondit Hagrid

    - Oh Harry Potter ! fit Slughorn dans un hochement de tête…. Triste soirée… bien triste soirée. Où est la malheureuse créature ?

    - Là bas, dit Hagrid d'une voix tremblante. On pourrait…. On pourrait peut-être commencer ?

    Tous les quatre, Hagrid, Harry, Horace et Nora sortirent dans le jardin, à l'arrière de la cabane. La lune projetait une lueur pâle à travers les arbres, et ses rayons mêlés à la lumière que diffusait la fenêtre d'Hagrid, illuminaient le corps d'Aragog, étendu au bord d'une vaste fosse, à côté d'un tas de terre fraiche de trois mètres de haut.

    - Magnifique, murmura Slughorn en examinant la créature.

    Nora regarda tous les yeux, huit d'Aragog sans vie. Et fut prise d'un haut-le-cœur qu'elle calma en caressant doucement son petit ventre. Elle détourna les yeux de l'araignée, et observa Hagrid, dont ses larmes coulaient au coin de ses paupières ridées.

    - Ce n'est pas tout le monde qui peut apprécier leur beauté, soupira-t-il. Je ne savais pas que vous intéressiez à des créatures, comme Aragog.

    - M'intéresser ? Mais mon cher Hagrid, je les vénère, répondit Slughorn. Et maintenant si nous procédions à la mise en terre ?

    Hagrid approuva d'un geste de la tête. Il souleva dans ses bras, la gigantesque créature, puis avec un grognement retentissant, la fit basculer dans la tombe au fond dans un bruit sourd accompagné par un horrible craquement, et le demi-géant se remit à pleurer. Nora, une main sur sa bouche, réfréna une nouvelle nausée, et sentit ses larmes coulaient le long de ses joues. Elle vit que le professeur Slughorn rangeait un flacon dans le pan de sa robe de sorcière. La petite sorcière, sut qu'elle avait vu juste, il ne restait donc plus qu'à récupérer le fameux souvenir, maintenant.

    - Bien sûr, c'est difficile pour vous, qui le connaissiez mieux que tout autre, fit Slughorn. Je pourrais peut-être prononcer quelques mots…. Il s'avança au bord de la fosse, et déclara… Adieu Aragog, roi des arachnides ! Ceux qui te connaissent, n'oublieront pas ta longue et fidèle amitié ! Et bien que ton corps doive retourner à la poussière, ton esprit demeure au cœur de la forêt, dans le calme de ces lieux où tu as su si bien tisser ta toile. Puissent tes descendant aux yeux multiples prospéraient après toi et les amis humains y voir une consolation à la perte cruelle qu'ils ont subi.

    - C'e… C'et… C'était… merveilleux ! fit Hagrid en s'effondra sur un tas de terre.

    Slughorn agita sa baguette, une qu'il avait pu récupérer et la masse de terre se souleva pour retomber avec un bruit étouffé sur l'araignée morte, en formait un tertre bien lisse.

    - Allons boire quelque chose à l'intérieur. Soulevez-le de l'autre côté…. Voilà… Relevez-vous Hagrid… comme ça, c'est bien…

    L'ancien maître des potions prit le bras gauche, pendant qu'Harry et Nora prirent le droit. La jeune fille en profitant pour glisser quelques mots à Harry. Il est vrai qu'elle n'avait pas eu le temps de lui expliquer son idée.

    - Ne bois pas, Horace sera plus facile à convaincre, une fois qu'il aura un peu bu. Je m'en veux de me servir de la peine d'Hagrid de cette façon, mais ce souvenir est important, non ?

    Harry acquiesça en silence, et il ouvrit la porte de la cabane. Ils installèrent Hagrid sur une chaise. Slughorn déboucha l'une des bouteilles de vin qu'il avait apportées. Il vida presque la première bouteille dans l'une des chopes de la taille d'un sceau pour Hagrid. Une pour Harry, poursuivit Slughorn, une pour Nora…. Et une pour moi !

    - A Aragog, firent-ils tous ensemble.

    L'ancien professeur des potions et le demi-géant burent longuement tous les deux, mais Harry suivit le conseil de la petite sorcière, cette dernière ne but pas non plus à cause de son état. Les deux hommes se mirent à parler des différentes créatures de la forêt, Nora remarqua le regard intéressé de Slughorn sur les crins de licornes et autres trésors de la cabane de Hagrid. Ce dernier, rendu, expansif par la boisson, et les flatteries de Slughorn, cessa de s'essuyer les yeux, et se lança avec joie dans un exposé détaillé sur l'élevage des Botrucs et autres créatures.

    - Utilise le charme de remplissage, glissa Nora au survivant, voyant les réserves se vidaient.

    Harry pointa sa baguette sous la table, vers les bouteilles vides, et au bout de plusieurs essais, Nora toussota légèrement pour couvrir le murmure du jeune homme, et les bouteilles se remplirent. Au bout d'heure environ, Hagrid et Slughorn commencèrent à porters des toasts extravagants à Poudlard, à Dumbledore, au vin des elfes et à ….

    - Harry Potter ! beugla Hagrid.

    - Oui c'est ça…. Approuva l'ancien professeur d'une voix un peu pâteuse. Parey Otter, le Surviv… heu quelque chose dans ce gout-là ? marmonna-t-il et vida sa chope à son tour.

    - Aargh ! Ce sont toujours les meilleurs qui partent les premiers, mon père n'avait pas l'âge de mourir… ni ta mère, ni ton propre père, Harry… Les 'lus 'rand sorciers, et sorcière de leurs générations que j'ai jamais connus… Une chose horrible…. Horrible !

    Nora, en pensant effectivement à tous ses personnes qui étaient morts, tué par Voldemort…. L'homme… l'homme qu'elle aimait…. Sentant un troisième haut-le-cœur, qu'elle ne pouvait pas réfréner, elle sortit en courant de la pièce, au moment où Hagrid tomba endormi contre la table.