• Pertes et Desespoirs (2/6)

    Chapitre 12 : Pertes et Désespoirs (2/6)

    oops

     

    Pendant ce temps, Harry, Ron et Hermione se trouvaient à nouveau dans le bureau de Dumbledore. Ils étaient dans un souvenir du Professeur Slughorn. Mais c'était un maître des potions plus jeunes qui se tenait dans ce souvenir. Il se trouvait dans son bureau où une demi-douzaine d'élèves, des garçons d'une quinzaine d'année, peut-être seize ans. Ils étaient assis autour du professeur. Tom Jedusor était là, assis dans un fauteuil confortable, parfaitement détendu, et décontracté. Sa main droite, négligemment posé sur le bras du siège, portait la bague noir et or de Gaunt. Il avait donc déjà tué son père …

    - Monsieur, est-il vrai que le professeur Têtenjoy prend sa retraite ? demanda Jedusor

    - Tom, Tom même si j'étais au courant, je ne pourrais pas vous le dire, répondit Slughorn – il agita vers Jedusor, un index réprobateur et couvert du sucre mais avec un clin d'œil qui gâchait quelque peu son effet. Je dois avouer que j'aimerais bien savoir d'où vous tenez vos renseignements, mon garçon ! Vous êtes mieux informé que la moitié des enseignants.

    Le jeune homme sourit mais les autres élèves éclatèrent de rire en lui lançant des regards admiratifs.

    - Avec votre étrange aptitude à connaître des choses que vous devriez ignorer et le soin que vous prenez à flatter les gens importants – au fait, merci pour l'ananas, vous aviez raison, c'est mon préféré…..

    La pièce se remplit soudain d'un épais brouillard blanc, puis une puissante voix qui n'était pas naturelle retentit :

    - Vous finirez mal, mon garçon, souvenez-vous de ce que je vous dis.

    Le brouillard se dissipa mais les personnes du souvenir ne semblaient pas l'avoir remarquer. Les trois amis se regardèrent, se demanda ce qui venait de se passer. Dumbledore souriait d'un air serein. La pendule en or, sur le bureau de Slughorn, sonna onze heures.

    - Bonté divine, il est déjà si tard ! s'exclama le maître des potions. Il est temps que vous y allez, les garçons, où nous aurons tous des ennuis. Lestrange, je voix votre devoir demain, sinon, je vous donne une retenue. C'est également valable pour vous, Avery.

    Slughorn et les élèves se levèrent de leurs sièges, alors que les garçons quittaient la salle en file indienne, le professeur alla poser son verre vide sur son bureau. Mais Jedusor s'était attardé, et faisait exprès de trainer pour rester le dernier dans la pièce.

    - Ouvrez l'œil, Tom. Il ne faut pas laisser surprendre hors de votre lit à cette heure-ci, vous êtes préfet…

    - Monsieur, je voulais vous demander quelque chose.

    - Demandez, mon garçon, demandez …

    - J'aurais voulu savoir ce que vous pouviez me dire des…. Des Horcruxes ?

    Un nouveau brouillard dense emplir la pièce et la voix de Slughorn résonna à nouveau, avec la même puissance que précédemment.

    - Je ne sais rien des Horcruxes et si j'en savais quelque chose, je ne vous le dirais pas ! Maintenant, sortez immédiatement d'ici, et que je ne vous reprenne plus à prononcer ce mot !

    - Voilà, c'est tout, annonça Dumbledore et les quatre partenaires se retrouvèrent dans le sol du Bureau de Directeur.

    - Il n'y a rien d'autre ? demanda Harry perplexe

    - Le souvenir a été …. Commença Hermione

    - Falsifié, oui exactement ! acheva Dumbledore en se rasseyant derrière son bureau, les trois autres firent de même. Le professeur Slughorn a modifié sa propre mémoire.

    - Mais pourquoi ? interrogea le survivant.

    - Parce que je crois qu'il a honte de ce qui s'est passé. Il a essayé de remodeler son souvenir pour se montrer sous un meilleur jour, occultant les passages dont il ne voulait pas que je sois témoin. Comment vous l'aurez constaté, cela a été réalisé d'une manière grossière, et tant mieux, car on voit bien que le véritable souvenir reste présent sous les altérations. Nous avons beaucoup de chance que Nora est ramené le professeur Slughorn, sans ce souvenir nous sommes aveugles.

    - Est-ce la raison de l'enlèvement du professeur Slughorn ? demanda Hermione.

    - Oui ! Je vais dons vous demander surtout toi, Harry, de convaincre le professeur de livrer son vrai souvenir.

    - Mais monsieur, vous n'avez surement pas besoin de moi…. Vous pourriez utiliser la Légimancie… ou le Véritasérum…

    - Le professeur Slughorn est un sorcier hautement qualifié qui s'attend à l'un et à l'autre. Non, je pense que lui arraché la vérité par la force serait stupide, surtout après ce qu'il a vécu. Ce serait stupide et pourrait beaucoup plus de mal que de bien. Mais comme nous tous, il a ses faiblesses et je crois que tu es capable de pénétrer ses défenses. Vous pouvez demander l'aider de Nora, elle connait bien le professeur Slughorn. Il est d'une grande importance que nous puissions recueillir le vrai souvenir…. Quelle importance exactement, nous ne le saurons qu'en découvrant la réalité. Alors bonne chance…. Et bonne nuit.

    - Bonne nuit, monsieur ! firent le trio, tout de même un peu décontenancé par son brusque congédiement.

    Le mois de février s'installa et la neige disparut, laissant une atmosphère humide et glacial, Nora avait peur d'avoir froid et de faire du mal à son bébé. Mme Pomfresh ne cessait de lui dire que tout irait bien, mais la petite sorcière était tout de même inquiète. La jeune fille allait avoir dix-sept ans dans quelques mois, le huit juin, bien que théoriquement, elle allait avoir soixante-neuf ans, ce qui était vraiment étrange. Ce voyage dans le temps, personne ne voyait comment cela était-il possible. Il n'y avait toujours pas d'explications, et Nora en demandait s'il y en aurait une, un jour. Elle n'avait pas reprit les cours, enfin officiellement, vu qu'elle n'avait pas de BUSE, mais Severus et Hagrid continuaient de lui donner des leçons sur les Potions, les défenses contre les forces du Mal, et les soins aux créatures magiques. Pour ce qui était des Sortilèges, elle avait un véritable don, et n'avait aucune difficultés ce qui n'était pas le cas pour les Potions. Aujourd'hui, c'était une leçon de transplanage qui rassemblait les élèves de sixième année, et septième année, dans la Grande Salle. Pour l'occasion, les grandes tables avaient disparus, et un petit sorcier qui avait un esprit étrange, il était incolore, comme transparent, ou immatériel. Il était entouré des quatre directeurs des Maisons, Flitwick pour Serdaigle, Chourave pour Poufsouffle, McGonagall pour Gryffondor et Rogue pour Serpentard.

    - Bonjour, je m'appelle Wilkie Tycross, et je suis envoyé par le ministère pour être votre moniteur de transplanage, au cours des douze semaines qui viennent. J'espère pendant cette période vous préparez à passer votre permis de transplanage. Nombre d'entre vous, pourront alors se présenter à l'examen. Comme vous le savez sans doute, il est généralement impossible de transplaner dans l'enceinte de Poudlard. Le directeur a toutefois suspendu cet enchantement pour une durée d'une heure et uniquement entre les murs de la Grande Salle, afin de vous permettre de vous entrainer. Je dois inciter sur le fait que vous ne pourrez pas transplaner au-delà de cette salle et qu'il serait trop imprudent d'essayer. A présent, je voudrais que vous vous placiez à une distance suffisante les uns des autres pour garder devant vous un espace libre d'un mètre cinquante.

    Les élèves se séparèrent dans un brouhaha et des bousculades, les professeurs présents passant parmi eux, les aidant à se placer et mettaient fin aux disputes. Nora se retrouva au fond de la pièce, vers la porte de sortie, non loin de Malefoy, et de …. Harry.

    - Je ne sais pas combien de temps, ça va encore prendre, d'accord ! lança Drago.

    Nora l'avait entendu, ce qui voulait dire qu'Harry aussi. Elle se pinça les lèvres, car elle savait de quoi il parlait, et que la situation devenait compliqué. La petite sorcière ne savait pas du tout quoi faire pour aider Malefoy, tout en faisant en sorte que Dumbledore continue de vivre. Car la vie de Severus était aussi en jeu à cause du serment inviolable.

    - Écoute, Crabbe, ce que je prépare ne te regarde pas, Goyle et toi, vous devez simplement obéir et faire le guet.

    - Mais Nora, elle peut savoir ce que tu fabriques ! fit Crabbe.

    La jeune fille soupira et ne levait pas les yeux, mais sentant tout de même le regard d'Harry sur elle. Les professeurs demandaient le silence en s'écriant Taisez-vous, et le silence retomba dans la pièce.

    - Merci, dit Tycross. Bien…. Maintenant.

    Agitant sa baguette, il fit apparaître des cerceaux sur le sol devant chaque élève. Nora regarda le sien et se souvint des jeux qu'elle faisait avec, quand elle était petite.

    - La chose importante dont il faut se souvenir pour transplaner se résumé en trois D. Destination, Détermination et Décision ! Première étape, fixez résolument votre esprit que la destination souhaitée. Dans le cas présent, l'intérieur de votre cerceau. Veuillez maintenant vous concentrer sur cet objectif.

    Nora fixait sons cerceau, dans un soupir, elle n'était pas très bien concentré et le regardait d'un air rêveur, mais tout de même intéressée. Elle secoua sa tête pour chasser ses pensées parasites et se reconcentra sur le cerceau, la destination de son transplanage.

    - Deuxième étape, poursuivit le moniteur, concentrez votre détermination sur l'espace à occuper ! Que votre désir s'y pénètre, et se répande dans chaque atome de votre corps.

    La petite sorcière secoua doucement ses jambes et ses bras comme pour faire bouger la détermination, dans son corps. Elle n'osait toujours pas lever les yeux, de peur de croiser ceux d'Harry, qu'elle sentait sur elle. Son regard serait sans doute interrogatif sur son rôle dans la mission de Drago.

    - Troisième étape, reprit Tycross, et seulement quand je vous donnerais le signal, Tournez sur place en essayant de trouver votre chemin dans le néant, et en accomplissant votre mouvement avec décision ! A mon commandement, attention… un …. Deux…

    Nora fut prise d'une profonde inquiétude pour son bébé. Est-ce une bonne chose de transplaner dans son état. Est-ce sans danger pour son bébé ?

    - TROIS !

    La jeune fille ne bougea pas, et leva les yeux à la recherche de ceux de Severus, qui l'avait toujours rassurée, et sentit des larmes coulaient doucement le long de ses joues. Elle sentit son ventre faire un haut-le-cœur, et partit en courant la main sur la bouche, sans se retourner. La petite sorcière courut comme ça jusqu'aux toilettes les plus proches, et laissa son estomac se vidait. Puis elle tomba en pleurs, aux pieds des toilettes, prise de panique, inquiète pour la vie de son enfant.