• OS Hagrid

     

    OS HAGRID

    oops

    Consigne : Il fait nuit noire, mais vous ne parvenez pas à dormir, pour une raison toute particulière qui vous tourmente. Lassé(e) de vous retourner en vain dans vos draps, vous quittez votre dortoir. Dans les couloirs glacials du château, vous entendez une douce musique, envoûtante, comme le chant d'une sirène. Qu'est-ce-que ça peut bien être ? Irez-vous voir, ou tenterez-vous de fuir ? Courage ou lâcheté ? C'est à vous de décider...

    C'était la première que Rubeus Hagrid passait dans les murs du château de Poudlard. Il se souvenait encore de la joie de son père, quand la lettre était arrivée chez lui pour lui annoncer son admission à l'école de Magie. Son père avait toujours eu des doutes, pas sur la magie de son fils, parce qu'il en était plein, mais plutôt sur le fait que le sang de géant coulant dans ses veines, et put altérer le sang de sorcier. Mais finalement non, Hagrid était entré à Poudlard. Et cette première nuit, il n'arrivait pas à dormir. Il s'asseyant sur son lit et regarda ses camarades dormir bien tranquillement. Il se demandait si il arriverait à se faire des amis. Il était bien sûr bien plus grand que la plupart de ses camarades. Il y avait encore un jeune homme plus grand que lui, un Poufsouffle de septième année. A onze ans, il était plus grand que tout le monde, enfin presque. Il ne pouvait rien dire aux autres sur sa nature de géant, seul Dumbledore et le directeur monsieur Dippet étaient au courant de ce secret. Il soupira et après avoir tourné pendant un bon moment dans son lit, il ne trouvait toujours pas le sommeil. L'excitation d'être là, et l'appréhension des prochains cours, ne l'aidait pas à s'en dormir. Hagrid repoussa les couvertures et marcha sur la pointe des pieds pour quitter le dortoir, sans réveiller les autres enfants.  Il descendit dans la salle commune. Elle avait été nettoyé, après le Bazard que tous les Gryffondors avaient mis. Hagrid se demanda un instant par qui, cette grande pièce avait-elle été nettoyé.

    Il quitta la salle et descendit les escaliers de la Tour des Gryffondor, en essayant de faire le moins de bruits de possible, ne voulant pas que les préfets le repère. Après avoir fait quelques pas dans le couloir du septième étage de Poudlard, il entendit une étrange musique. Elle était douce, envoutante, le demi-géant voulait savoir qui était capable de chanter avec une voix si douce, de jouer une telle musique. Il suivit la musique, comme un prédateur suivant l'odeur de sa proie. Ou un marin suivant la voie d'une sirène le conduisant à sa perte. Les couloirs se défilèrent les uns après les autres, à chaque fois qu'il avait l'impression de s'approcher, la voix paraissait de plus en plus loin. Comme quelque chose qu'on ne pouvait atteindre, un rêve qu'on ne pouvait pas voir s'exaucer, mais on continuait malgré tout à avancer avec espoir de pouvoir toucher cet état, le bonheur. Mais le chemin est loin et si on peut se décourager en cours de route. Et parfois on ne peut atteindre le bonheur seul, il faut quelqu'un pour nous aider à avancer, ou nous relever quand on tombe.

    Hagrid ne pensait pas vraiment à toutes ces choses, alors qu'il marchait dans le couloir pour trouver d'où pouvait venir cette belle musique. Il s'arrêta devant une porte du deuxième étage. Il se demanda comme la voix, pouvait avoir porter jusqu'au septième étage et pourquoi personne d'autres ne semblait l'entendre. Il poussa la porte, et vit une forme devant la fenêtre, elle semblait regarder la lune ronde dans le ciel étoilé. Qu'elle était donc cette personne qui chantait doucement. Hagrid fit un pas de plus, et le sol trembla légèrement, faisait bouger une chaise. Un bruit léger, se fit entendre, et la forme disparut, comme un fantôme. Non ce n'était pas vraiment un fantôme, tel que le demi-géant les connaissait. Non, elle avait simplement disparut, comme emporté par le vent. La musique s'était tue. Le silence régnait dans le château !

    Cinquante ans plus tard, Hagrid espère encore entendre cette belle voix, et pouvoir parler avec la jeune fille a qui elle appartient. Mais cet espoir, reste encore un rêve que le demi-géant n'a pas encore réalisé. Le vœu de toute une vie!

     

     

    oopsVotre commentaire