• Leçon par Nora (4/4)

     

     

    Harry, seul, fit le tour de la maison, une dernière fois, cet endroit avait été chez lui, bien que ce fût à Poudlard qu’il s’était le plus senti chez lui. Il entra dans sa chambre et ouvrit la cage de sa chouette et la regarda partir vers le couchant. Il soupira et refera la porte de la pièce, tirant sa valise derrière lui, et descendit dans le salon. Harry devait maintenant attendre son escorte. Un rugissement assourdissant sortit le jeune survivant de sa rêverie, et  il regarda par la fenêtre pour voir des silhouettes apparaitre une à une, tandis que le sortilège de Désillusion était levés. Hagrid était là avec son énorme moto,  un side-car y était attaché. Il y avait aussi pratiquement la famille Weasley au complet, avec Fred, George, Ron, Mr Weasley et Bill. On pouvait ajouter Hermione, Tonks, Fol Œil, Kingsley, Mondingus et Sirius. Harry sortit par la porte de derrière pour aller les saluer. La jeune Granger le pris dans ses bras et Ron lui donna de grandes tapes dans le dos.

    «  - Ca va, Harry ?  demanda Hagrid, prêt à prendre le large ?

    -          Sans aucun doute, mais je m’attendais pas à ce que vous soyez si nombreux

    -          Changement de programme, grogna Fol Œil, mettons nous à l’abri avant qu’on ne t’explique. »

     

    Harry les amena dans la cuisine, après une accolade avec son parrain/ Ce dernier ne semblait pas en grand forme, un peu comme éteint, mais résolu. Tonks était aussi très morose, elle avait les cheveux d’un gris souris. Fol Œil avait son œil magique qui ne cessait de tournoyer dans son orbite avec une rapidité qui donnait le vertige. Fred et George étaient également à eux même, souriant et bavardant. Bille et Fleur, collées l’un à l’autre, souriants, il y avait malgré tout une certaine crainte dans le regard. Hermione, les cheveux tressés et Ron qui semblait avoir encore grandi, étaient toujours les mêmes. Mondingus, était là, même si Harry ne le connaissait pas vraiment. Mais voir tout ce monde dans sa cuisine, Harry sentit son cœur rayonnait, se dilater de bonheur. Il éprouvait pour chacun d’eux une extraordinaire affection.

    «  - Dedalus te l’a sans doute dit, nous allons t’escorter jusqu’au terrier, malheureusement avec le Ministre autant corrompu, nous ne pouvons pas utiliser de Portoloins ou le réseau des cheminées. Et le transplanage semble compromis. Mais nous devons utiliser le dernier moyen de transport qu’il nous reste, le seul que la Trace ne pas détecter : las balais, les Sombrals, la moto de Hagrid et l’hippogriffe Buck.

    -          La trace ? répéta Harry, en regardant Hermione avait toujours les réponses à tous.

    -          La Trace ! La Trace ! répéta Fol Œil, impatient. Le sortilège qui détecte l’activité magique autour des sorciers de moins de dix sept ans ; c’est de cette façon que le ministère repère la magie illégale chez les jeunes. Si un sort est jeté par toi ou par quelqu’un de ton entourage, le Ministère le saura et les Mangemorts aussi. L’avantage de nous disposons, c’est que Tu-Sais-Qui ignore que nous partons ce soir, mais n’oublions pas nous avons à faire à Tu-Sais-Qui, il aura sans doute envoyé deux Mangemorts patrouiller dans le ciel des alentours, au cas où. C’est pourquoi, nous avons élaboré un plan. Une douzaine de maison a été entouré par des sorts de Protection. Chacune d’elle, peut apparaitre comme l’endroit prévu pour te cacher. TU vas aller chez les parents de Tonks. Quand tu seras à l’abri derrière les sortilèges que nous avons jetés sur leur maison, tu pourras utiliser un Portoloin pour rejoindre le Terrier. N’oublions pas le point essentiel, reprit Fol Œil en voyant Harry et son ai pue convaincu, ce soir, il y aura sept Harry Potter dans le ciel, chacun avec un compagnon de col, et chacun se dirigeant vers une maison différente.

    -          Non ! s’écria le survivant en reconnaissant la potion, dans le flacon, que Fol Œil tenait à la main. Pas question.

    -          Je les avais prévenu sur tu réagirais comme ça ! dit Hermione

    -          Si vous croyez que je vais laisser six personnes risquaient leurs vies…

    -          Comme si c’était une nouveauté pour nous, lança Ron

    -          Tout le monde ici est un sorcier à part entière, Potter, et nous sommes tous prêts à prendre le risque ! grogna Maugrey en fixant Harry d’un air menaçant. Nous seule chance, c’est d’utiliser des leurres, même Tu-Sais-Qui ne peut pas se séparer en sept, fit-il en tendant le flacon vers Harry, pour que ce dernier y mettre ses cheveux, ce que le jeune homme fit, il n’avait pas vraiment el choix.

    -          Bien alors les faux Potter, en file indienne, s’il vous plait ! gronda Fol Œil. 

    Ron, Hermione, Fred, George, Fleur et Mondingus, soulevait par la peau du cou par Hagrid. Tous les six burent la potion d’un seul coup. Peu à peu, leurs visages se mirent à changer, à se transformer, tout le reste de leurs corps. Enfin, ils prirent l’apparence d’Harry. Dans les sacs de Fol Œil, chacun des Harry y trouvèrent des lunettes, des vêtements, avec même des cages avec des chouettes empaillés à l’intérieur.

    -          Bien !  Vous partir deux par deux, dans l’ordre suivant : Mondingus voyagera avec moi sur un balai…. Arthur et Fred… George et Kingsley …. Miss Delacour.

    -          Je prends avec moi sur un Sombral, coupa Bill, elle n’aime pas trop les balais.

    -          Miss Granger avec Sirius sur Buck, … Et Ron avec Tonks, termina Fol Œil alors que les Harry s’approchaient de leurs compagnons de voyage.

    -          Et toi, tu viens avec moi, Harry, ça te va ? lança Hagrid qui paraissait un peu anxieux. Nous prendrons la moto, je suis trop lourd pour les balais et les Sombrals, tu comprends ? Et comme il n’y aura pas beaucoup de place sur la selle une fois que je serais dessus, tu voyageras dans le side-car.

    Mondingus et Fol Œil s’installèrent sur un des balais, tout comme Fred, Gorge, Kingsley, et Mr Weasley. Fleur et Bill montèrent sur un sombral, Hermione et Sirius grimpèrent sur le dos de Buck, la jeune fille ne semblait pas vraiment à l’aise, mais cela semblait être mieux que sur un balai. Harry s’installa dans le side-car, il fourra son sac à dos et son balai à ses pieds, et parvint à caler la cage d’Hedwige entre ses genoux.

    -          Bon alors, dit Maugrey, préparez-vous, s’il vous plait. Je veux que nous partions tous exactement au même moment sinon la diversion ne servira à rien. … Bonne chance à tous, cria-t-il, on se retrouve au Terrier dans une heure environ. Attention, à trois. Un… deux… TROIS.

     

     

    Crabbe et Goyle Senior surveillaient le secteur de Privet Drive sur leurs balais. Ils devaient rattraper leurs erreurs, et reprendre une meilleure place auprès du Lord, encore une erreur et ils pourraient être tué. Crabbe vit une lueur dans le ciel, et quelques secondes plus tard, des balais s’élançaient dans le ciel, ainsi qu’un Sombral, un hyppogriffe et une moto rugissante. Crabbe posa sa baguette sur la marque des Ténèbres qui se trouvait sur son bras. Voldemort et une vingtaine de Mangemorts transplanèrent et attaquèrent les duos et tous ces Harry Potter. Les deux acolytes poursuivaient un Harry sur un balai avec Mr Weasley. Ils jetaient des sorts de morts pour avoir le vieux rouquin, et ainsi kidnapper le Harry, en espérant que c’était le bon. Amenait Harry à Voldemort, leur vaudraient une bonne place, la meilleure place. Les sorts fusaient, le Harry se défendait bien, et jetait des Stupefix et d’autres sorts dans le même genre. Goyle eux une idée, et eut un petit sourire sadique.

    «  - Je monte ! » cria-t-il à son ami, Crabbe, avec le pouce en l’air pour lui montrait ce qu’allait faire. Goyle s’éleva dans les airs et vola au dessus du duo pour les surprendre.

    -          Incendio ! fit-il, le manche du balai prit feu, alors que Harry jetait un sort pour éteindre le feu, Crabbe lança un sortilège, et Arthur Weasley évita de justesse en changeant de direction soudainement, ce qui déstabilisa Harry qui tomba du balai. Monsieur Weasley vira et plongea pour le rattraper, mais ce fut un des mangemorts qui le saisit au vol. Crabbe vola ver son partenaire.

    -          C’est lui, c’est lui, le vrai ! cria une voix au loin. Crabbe regarda le Harry allongeait devant lui, il planta sa baguette sur lui et sourit sadiquement.

    -           Baisse ta baguette, Weasley ! menaça Crabbe. Goyle arriva derrière lui et prit la baguette d’Arthur avec un experlliarmus, associé à un Accio Baguette.

    Crabbe et Goyle devaient tuer leurs deux prisonniers, pourtant ce n’était pas la chose la plus facile au monde, surtout avec Nora qui ne cessait de leur dire que mettre fin à une vie était quelque chose de si triste. Finalement Goyle sutpéfixa Mr Weasley, et les deux prisonniers seraient ramenés aux cachots. Alors qu’ils s’éloignaient, ils se firent attaquer par Kingsley et un autre Harry aux cheveux roux. Crabbe, perdit le faux Harry, qui tomba du balai, rattrapait par Kingsley. Mais pendant ce temps-là les deux mangemorts transplanèrent emportant Mr Weasley avec eux. Les deux mangemorts portèrent chacun un bras, d’un Weasley inconscient qu’ils trainaient au sol. Alors qu’ils revenaient plus ou moins contente dans le hall, les autres mangemorts revenaient les mains vides, et semblait être choqué par les événements. Voldemort arriva au milieu du hall, il était en colère, non le mot n’était passez fort, c’était de la fureur à l’état pur. Tous les mangemorts s’écartèrent de lui, et se mirent à courir pour quitter le hall au plus vite. Le Seigneur des Ténèbres descendit les marches menant à la cave, aux cachots où un homme en haillon, recroquevillé sur le sol, criait, hurlait dans une insupportable souffrance.

    « - Tu m’as dit que le problème serait résolu en utilisant la baguette de quelqu’un d’autre.

    -          Non ! Non ! Je vous en supplie… Je vous en supplie !

    -          Tu as menti à Lord Voldemort, Ollivanders !

    -          Non, je n’ai pas menti,… Je jure que je n’ai pas menti…

    -          Tu cherches à aider Potter, à l’aider à m’échapper !

    -          Je vous jure que non… Je croyais vraiment qu’une autre baguette serait plus efficace…

    -          Alors, explique-moi ce qui s’est passé. La baguette de Lucius a été détruite !

    -          Je n’arrive pas à comprendre… la connexion… existe seulement… encre vos deux baguette… fit Ollivanders d’une voix cassée et suppliante.

    -          Mensonges !!

    -          S’il vous plat… Je vous en supplie ! supplia le fabriquant de baguette.

    Mais la main de Voldemort se leva, et le vieil homme se tordit de douleur sous la colère destructrice du mage noir. Il tortura un moment, Ollivanders, puis leva le sort, et quitta le cachot dans un mouvement de cape. Il vit le père Weasley enfermé dans une autre cage, et remonta dans le hall. Narcissa était là, tordant ses doigts nerveusement, Voldemort entra dans son champ de vision, elle fit une petite révérence et lui dit :

    -          Maître ! Mlle Nora a accouché durant votre absence ! informa-t-elle avant de le quitter le pas précipité.