• Le contrôle total (5/5)

    Le contrôle total (5/5)

     

     

    Les jours passèrent et le mois d’avril était déjà bien entamé. Toma se trouvait avec Pyrite à son bureau, pour continuer ses leçons, son éducation dans la politique.

    • Combien de temps encore … Dans combien de temps, je saurais tout ? demanda Toma.
    • Je crains que cela n’arrive pas vraiment. On a toujours quelque chose à apprendre ? On ne sait jamais Tout !
    • Oui, je suppose, dit Toma.
    • Il te reste encore à aller à Poudlard, pour ton savoir magique.
    • Oui !
    • Mr Pyrite, s’écria le ministre en ouvrant la porte, le train de la voie 7 ½ a été attaqué.
    • Par qui ?
    • Aucune idée !
    • Avez-vous envoyé les aurors ? demanda Pyrite au ministre.
    • Euh… non ! fit-il en faisant demi-tour pour rejoindre le niveau 2.

    Pyrite soupira, l’incompétence du ministre allait bientôt se voir. Il posa son regard sur Toma, il ne pouvait pas laisser le jeune garçon tout seul, si ?

    • Je veux venir, exigea le garçonnet.
    • Toma… je ne peux pas emmener un enfant sur un scène de crime.
    • Je veux venir, répéta le jeune garçon.
    • Mr Pyrite, on a besoin de vous, dit un auror.

    Soulagé, Pyrite quitta son bureau sans épiloguer avec l’enfant. Toma serra les dents, il voulait y aller, et il irait. Il ressortit du bureau et observa la jeune secrétaire.

    • C’est grave, n’est-ce-pas ? demanda le garçonnet d’un ton innocent.
    • Le train de la voie 7 ½ de King’s cross, il désert tous les villages de sorciers européens.
    • Qui a attaqué ? demanda Toma avec intérêt.
    • Sans doute les mangemorts. Ils me font peur, dit la jeune femme, mais Mr Pyrite va les combattre.
    • Oui ! dit Toma avec le sourire, en lui tapotant la main.

     

    Le petit garçon descendit au niveau 2, les aurors étaient occupés, et la moitié était partie sur place. Toma fit le tour des lieux, et trouva une carte du train. Il était onze heure, le train devrait se trouver à Spirit-Village. Le jeune garçon hocha la tête, puis se rendit dans le hall. Il observa un moment, les autres sorciers se servirent des cheminées. Toma s’en était jamais servi, mais il connaissait le principe. Il suffisait de prendre une pincée de poudre de cheminette, en indiquant sa destination et on la jette dans l’antre. Toma s’approcha du sorcier de l’accueil.

    • Bonjour ! fit Toma poli.
    • Bonjour, répondit le sorcier.
    • Mr Pyrite, est parti sur l’attaque du train, et j’aimerais rentrer chez moi, est-ce que vous pourriez me donner un peu de poudre de cheminette, s’il vous plait ? demanda Toma avec le sourire.
    • Oui, oui ! dit le sorcier en lui donnant une poignée.
    • Merci monsieur, dit le garçonnet avant de se rendre dans la cheminée. Spirit-Village ! annonça-t-il avant de lancer la poudre dans l’antre.

    Le petit garçon s’envola dans le réseau. Il vit de nombreuses cheminées, et des images défilaient devant ses yeux, puis il atterrit brutalement dans le pub du village. Il n’y avait pas grand monde, un vieil homme assis au comptoir, une jeune fille tenant un chiffon en essuyant une table. Et un autre homme derrière le comptoir.

    • Tu t’es perdu ? demanda la jeune fille.
    • Non, je suis venu voir retrouver mon oncle William, dit-il avec le sourire.

    Il n’y avait pas de mensonge dans sa phrase. Toma traversa la salle pour sortir, et retrouver la voie de chemin de fer, et trouver l’accident.

    • Attend, le train a été attaqué, il ne vaut mieux pas sortir maintenant, dit la jeune fille.
    • Oh ! Qu’est-ce qui s’est passé ? demanda Toma avec un sourire intérieur, il avait trouvé le bon endroit.
    • Le train a été attaqué par des mangemorts, les aurors sont sur place.
    • Ils ont dit à tout le monde de rester chez soi c’est mauvais pour les affaires, bougonna le barman.
    • Tu peux attendre ton oncle ici, si tu veux, proposa la jeune fille.

    Toma hocha la tête, et s’installa devant la fenêtre, la jeune serveuse lui donna un verre de jus de fruit. Le jeune garçon vit un groupe d’aurors marchait dans la rue, Pyrite était avec eux.

    • Ce sont des aurors, n’est-ce-pas ? Peut-être qu’ils peuvent me conduire jusqu’à mon oncle, fit le petit garçon.
    • Bonne idée, commenta la serveuse,

    Elle interpela le trio d’aurors, et ils entrèrent dans le pub. Pyrite posa son regard sur Toma, et ouvrit de grands yeux, le jeune garçon posa son doigt sur sa bouche.

    • Merci beaucoup de votre aide, dit le petit garçon avec le sourire.
    • Tu es entre de bonnes mains, fit la jeune fille, tu vas retrouver ton oncle William.
    • Au fait, je m’appelle Toma.
    • Nina ! Au revoir, Toma.

    Les aurors et le petit garçon sortirent du pub, et marchèrent un moment dans la rue. Pyrite envoya les deux aurors faire le tour du village pour sécuriser les lieux. L’adjoint du ministère ne savait pas s’il devait être en colère, que le garçon ne soit pas resté au ministère, ou alors fier qu’il ait pu venir ici tout seul.

    • La prochaine fois que je vous dis que je veux venir, c’est que je veux venir ! dit Toma.
    • Bien ! fit Pyrite, que pouvait-il dire d’autre à cet enfant.

    Toma observa donc les opérations des aurors sur le terrain, même s’il ne comprenait pas pourquoi les mangemorts auraient attaqué le train. Ça n’avait pas beaucoup de sens, sachant que Pyrite était à la fois le chef des aurors, et celui qui donner des ordres aux mangemorts quand Voldemort, son père n’était pas là.

     

    Le mois d’avril se termina sur l’anniversaire d’Ana, qui avait donc un an. Toute la famille lui avait souhaité avec des bisous, et des cadeaux. Elle eut des petits jouets et des peluches. Alors qu’ils faisaient la fête en famille, quelqu’un sonna à la porte.

    Nora se leva et ouvrit la porte, Fenrir se tenait à la porte, accompagné de trois mangemorts qu’elle lui avait demander de retrouver.

    • Bien, entrez ! dit Nora, le quatuor posa les pieds dans la maison.

    Ils posèrent leurs vestes sur le porte-manteau. Fenrir salua la jeune femme, et Nora l’envoya dans la salle avec les enfants, pour fêter l’anniversaire d’Ana. Puis elle se tourna vers les trois autres et les conduisit vers un autre salon.

    • Asseyez-vous ! ordonna-t-elle.

    Les trois mangemorts silencieux et …. Craintifs se tenaient devant elle. La jeune femme était en colère, elle ne comprenait pas qu’on puisse faire ce genre de choses.

    • Qu’est-ce que cela vous apporte de …. Contraindre une femme ? Pourquoi faites-vous ça ? demanda Nora, elle n’arrivait pas à comprendre, et tant mieux peut-être, cela voudrait dire qu’elle était comme eux.
    • Je vous en prie ! s’écrièrent les trois mangemorts en tombant à genoux devant elle, pardonnez-nous.
    • On …. Cela n’arrive plus, vous avez ma parole ! dit un mangemort.
    • J’espère… murmura Nora perturbée de voir ces trois mangemorts à ses pieds.
    • Vous ne direz rien au Seigneur des Ténèbres ? demanda l’un des mangemorts désespérés.
    • Non, répondit Nora. Mais… j’aurais des conditions à poser. La première, les jeux de ce genre sont finis, n’est-ce-pas ? Et je compte sur vous pour que tous le sachent. Et la deuxième, j’ai entendu parler d’une jeune fille rousse, kidnappée, et séquestrée, je veux que vous l’ameniez ici, ordonna Nora.
    • Bien madame ! fit l’un des mangemorts en se redressant.

    Les trois mangemorts quittèrent le manoir, et Nora se sentait bizarre d’avoir ces trois mangemorts à genoux devant elle. Elle soupira et rejoint ses enfants pour faire la fête, pour la première année de sa petite Ana, elle était si mignonne, sa fille.